Dak’Art 2018 : Marianne HULTMAN de la Suède impose L’Heure bleue

Des commissaires invités nous parlons aujourd’hui de Marianne HULTMAN qui trouve que « L’essentiel est d’apprendre et de partager l’habilité à observer, à regarder attentivement les choses, afin d’être en mesure de comprendre leur nature changeante ».

marianne
Marianne HULTMAN © Biennale de Dakar

L’heure Bleue

L’heure bleue est une description poétique de l’atmosphère entre le crépuscule et la tombée de la nuit. Elle symbolise la mélancolie, mais aussi la transformation d’un niveau de conscience à un autre.

Lorsque l’on regarde le Monde du Nord vers le Sud, l’heure rouge semble étrangère, voir exotique. Lorsque l’on observe le Monde du Sud vers le Nord, l’Heure bleue semble toute aussi étrangère, voir exotique, et pourtant, c’est du même phénomène que nous faisons l’expérience, l’aube finissante ou la fin de la nuit. Dans la Genèse, il est dit que Dieu n’imagina le Monde qu’après avoir séparé la lumière des ténèbres. Ce n’est qu’après qu’il commença à fabriquer des images du Monde. Et ce n’est qu’après qu’il commença à créer le Monde physique. Les transformations débutèrent donc à l’heure bleue.

Artistes de l’exposition de Marianne Hultman

Martin Gustavsson (Suède/Angleterre)

 Gavin Jantjes (Afrique du Sud/Norvège)

Toril Johannessen (Norvège)

Tori Wrånes (Norvège) en collaboration avec  Ayodeji Adewale Oluwatunmise et Sanusi Taofik Ayomide (Nigéria).

0 Partages

Laisser un commentaire